Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog du Père Saint-Auneau

Le blog du Père Saint-Auneau

Animations médiévales sur les thèmes de la calligraphie, la scholastique, l'école au moyen-âge, bénédictions, reconstitution de sacrements (baptême, mariage, etc.... Bons plans, gastronomie et recettes de cuisine

Articles avec #quizz catégorie

Publié le par Père Saint-Auneau
Publié dans : #Quizz

Voici donc la solution à l'énigme de Pâques : Il s'agissait du Saint Graal.

Chaque indice y était une référence.

Indice 1 : Vert sur le verre d'une église pastorale sur le chemin de votre perte

Il s'agit de la référence à un vitrail dans l'église de Tréhorenteuc (56). Sur ce vitrail, le Saint Graal apparaît à la table ronde. Il y est représenté de couleur verte en référence à une légende qui veut que le Saint Graal aurait été taillé dans l'émeraude qui serait tombée du front de Satan lorsque ce dernier a été chassé du Paradis. Le village de Tréhorenteuc, située en lisière de la forêt de Brocéliande, est la porte du "Val sans retour" qui a été ensorcelé par la fée Morgane pour y retenir prisonnier les chevaliers au coeur volage.

Indice 2: A Pâques j'ai rassasié tous les convives

La première fois que le Saint Graal apparaît dans la littérature, c'est dans "le conte du Graal" de Chrétien de Troyes

Le Saint Graal y apparaît juste avant le banquet de Pâques, lorsque les convives se mettent à table. A son apparition, chacun voit devant soi son met préféré et est rassasié à sa simple vue. C'est à la suite de cette apparition que le Roi Arthur entame la quête du Saint Graal et envoie ses chevaliers à sa recherche.

Indice 3 : Le pécheur m'a cherché mais c'est le fou qui m'a trouvé

Dans le "Perceval" de Chrétien de Troyes, qui restera inachevé, et fera l'objet de plusieurs continuations dont le célèbre "Parzifal" de Wolfram von Aschenbach qui servira de livret pour l'opéra éponyme de Wagner, Perceval est accueilli par le roi Méhaigné, qui souffre d'une blessure qui ne guérit pas. Le roman étant inachevé, il n'y a pas de solution. C'est au XV° siècle, avec Thomas Mallory que sera achevé l'histoire du roi pécheur.

Il s'appelle roi Pellam et a été blessé par Balain avec la lance de la Destiné, qui serait la lance qui perça le flanc de notre Seigneur Jésus Christ. Dans cette version, c'est Galahad qui se rend auprès du roi pécheur pour quérir le Saint Graal parce qu'il sait que le roi Pellam en a la garde. Le roi, qui a perdu le Saint Graal a envoyé tous ses chevaliers à sa recherche. Comme on lui refuse l'entrée du château, Galahad se grime en fou et propose d'amuser le roi. On lui autorise l'entrée. Pendant qu'il est auprès de Pellam, ce dernier dit qu'il a soif. Le fou lui apporte une coupe pleine d'eau. Le roi boit et se trouve soudain guéri. Il comprend alors qu'il a bu dans le Saint Graal et demande au fou :

"- Comment as-tu trouvé ce que mes chevaliers ne sont pas parvenus à dénicher?"

et le fou réponds

"-Tout ce que je savais c'est que vous aviez soif"

Voilà une belle leçon d'humilité. Le Graal n'avait jamais quitté la chambre du roi, mais on arrogance ne lui permettait plus de le voir, ce n'est que lorsque humblement il demande de l'eau à un fou que le Saint Graal lui apparaît à nouveau.

Indice 4 : Symbole de vie, je suis né du Sacrifice

Le Saint Graal est le calice qui a servi au Christ pour la Cène (le dernier repas) qui est évoqué lors de l'Eucharistie. Ce calice a été offert à Joseph d'Arimatie qui avait offert , pour notre Seigneur Jésus Christ, le tombeau qu'il s'était fait faire.

Joseph d'Arimatie y aurait récupéré le sang de Notre Seigneur à la descente de la croix. C'est là qu'il est devenu le Saint Graal.

Indice 5 : Mon nom, synonyme d'inaccessible désigne aussi le sang bleu.

La quête du Saint Graal est souvent évoquée pour désigner une recherche inaccessible, mais il désigne aussi, dans une tradition ésotérique, le sang royal. C'est le Sang Réal en langue d'oc.

Voilà, c'est donc Julien qui gagne une citation calligraphiée sur papier chiffon.

Vert sur le verre d'une église pastorale surle chemin de votre perte

Vert sur le verre d'une église pastorale surle chemin de votre perte

Voir les commentaires

Publié le par Père Saint-Auneau
Publié dans : #Quizz

Une énigme à résoudre avant Pâques

Vert sur le verre d'une église pastorale sur le chemin de votre perte. A Pâques j'ai rassasié tous les convives. Le Pécheur m'a recherché mais c'est le fou qui m'a trouvé. Symbole de vie je suis né Du Sacrifice. on nom, synonyme d'inaccessible désigne aussi le sang bleu. Qui suis-je?

Prix, une citation calligraphiée sur papier chiffon.

Voir les commentaires

Publié le par Père Saint-Auneau
Publié dans : #Quizz, #moyen age

Voici donc la solution au quizz

C'est Anselme de Canturbery qui a écrit cette phrase en 1078 dans un ouvrage intitulé "Proslogion".

Cette phrase signifie "(Dieu) est ce dont on ne peut rien imaginer de plus grand"

Ce passage du Proslogion constitue ce qu'on appelle la preuve ontologique de l'existence de Dieu. C'est à dire la preuve par l'Être même de Dieu.

En fait, Anselme veut prouver l'existence de Dieu, et surtout rendre caduque toute supposition que Dieu n'existerai tpas. Il veut donc démontrer que l'existence constitue l'Ëtre même de Dieu. Il part donc de ce principe (axiome) : Dieu est ce dont on ne peut rien imaginer de plus grand.

Si Dieu ne relevait que de l'imagination, alors il y aurait quelque chose de plus grand que Dieu, ce serait Dieu avec l'existence. Donc Dieu existe nécessairement.

Ce raisonnement a été énormément attaqué en son temps, pour plusieurs raisons :

Tout d'abord parce que ce n'est pas une preuve de théologien. En faisant appel au raisonnement, Anselme se conduit en philosophe.

Ensuite parce que le raisonnement peut s'appliquer à toute pensée, pas seulement à Dieu. Le caractère axiomatique du point de départ fait de ce raisonnement un mixte intenable entre la foi et le raisonnement qui nuira à cette preuve ontologique.

De nombreux autres penseurs, jusqu'au XVII° siècle, tenteront de prouver l'existence de Dieu par le raisonnement.

Ce sera Emmanuel Kant sui y mettra fin avec sa Critique de la Raison pure. En effet, dans son ouvrage il démontrera que le seul raisonnement qui soit fiable est le raisonnement scientifique, qui repose sur l'expérience. La métaphysique n'est que conjecture à travers laquelle on peut prouver une chose et son contraire avec un raisonnement tout aussi valable. La preuve de l'existence de Dieu relève de la métaphysique.

Pour Kant, la foi ne se démontre pas.

Résultat : C'est donc Ingrid qui remporte la page calligraphiée des Chroniques du Père Saint Auneau. Félicitations.

En photo le prix qui a été envoyé à Ingrid

Quizz mystique : Solution et résultat

Voir les commentaires

Publié le par Père Saint-Auneau
Publié dans : #Quizz, #moyen age

Je vous propose un nouveau jeu, un peu plus complexe que le précédent. Ce jeu s'étend jusqu'à la fin du mois février. Il comporte trois questions. Le gagnant sera le premier participant à donner la bonne réponse aux trois questions dans le même commentaire.

Le prix pour ce jeu est une page des chroniques du Père Saint-Auneau calligraphiée, sans enluminure, sur parchemin végétal.

Voici les questions :

- Qui a écrit la phrase suivant : "(Deus) est aliqid quo maius nihil cogitari possit", dans quel ouvrage et en quelle année (+/- 2ans)?

- Quelle est la traduction de cette phrase?

- Que constitue cette phrase pour la pensée?

Bon jeu

PSAH

Voir les commentaires

Publié le par Père Saint-Auneau
Publié dans : #moyen age, #Quizz

Aujourd'hui c'est l'Ephiphanie, c'est à dire la fête de l'adoration de Jesus par l'es mages et la présentation du fils de Dieu au monde.

Mais à propos des mages, il y avait

- Gaspard qui offrit l'or, symbole terrestre de la Gloire de du Fils de Dieu

- Melchior qui offrit l'encens, symbole de la pureté de Jésus et de la purification qu'il apportera par le baptême

Mais le troisième, qui est-il? Qu'offre-t-il? et quel en est le symbole?

Celui ou celle qui apportera la bonne réponse aux trois questions avant le 10 janvier gagnera un prénom ou une devise de son choix calligraphié par le père Saint-Auneau sur papier parcheminé.

Les réponses sont à apporter sous forme de commentaire.

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog